Divers

Les scientifiques capturent les bactéries qui mangent de la pollution et respirent l'électricité

Les scientifiques capturent les bactéries qui mangent de la pollution et respirent l'électricité


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans le parc national de Yellowstone, se trouve le bassin du Geyser du lac Heart. Cette zone abrite des piscines d'eau chaude, allant d'environ 110 à presque 200degrés Fahrenheit, qui transportent des bactéries très impressionnantes qui mangent de la pollution et respirent l'électricité.

VOIR AUSSI: LES BACTÉRIES COLORÉES COMBINENT LES EAUX USÉES ET LA LUMIÈRE POUR PRODUIRE UNE ÉNERGIE PROPRE

Directement de la source

Maintenant, Abdelrhman Mohamed et ses collègues de l'Université de l'État de Washington (WSU) ont capturé ces micro-organismes directement de leur source pour les étudier.

«C'était la première fois que de telles bactéries étaient collectées in situ dans un environnement extrême comme une source chaude alcaline», a déclaré Mohamed.

L'intérêt de Mohamed pour la bactérie allait au-delà des recherches académiques. Les microbes peuvent détenir la clé pour résoudre les problèmes de pollution et de demande d'énergie qui nous affligent aujourd'hui.

Manger de la pollution

Pourquoi? Parce que ces micro-organismes spécifiques peuvent littéralement manger de la pollution. Ils le font en transformant les polluants toxiques en substances moins nocives et en générant de l'électricité dans le processus.

«Lorsque ces bactéries transmettent leurs électrons dans les métaux ou d'autres surfaces solides, elles peuvent produire un flux d'électricité qui peut être utilisé pour des applications de faible puissance», a déclaré Haluk Beyenal, professeur distingué Paul Hohenschuh dans le domaine du gène.

La collecte de ces microbes n'a pas été une tâche facile. Mohamed et ses collègues ont dû laisser quelques électrodes au bord de l'eau extrêmement chaude, espérant que les bactéries sortiraient de leur cachette.

Pour y parvenir, Mohamed a inventé un potentiostat portable bon marché et très résistant à la chaleur. Un potentiostat est un dispositif électronique nécessaire pour contrôler une cellule à trois électrodes.

Les chercheurs ont ensuite laissé les électrodes dans l'eau pendant 32 jours. Au final, l'expérience s'est avérée utile pour réussir à capturer les bactéries dans leur environnement naturel et optimal.

«Les conditions naturelles trouvées dans les caractéristiques géothermiques telles que les sources chaudes sont difficiles à reproduire en laboratoire», a déclaré Beyenal. "Nous avons donc développé une nouvelle stratégie pour enrichir les bactéries qui aiment la chaleur dans leur environnement naturel."

Ce n'est pas la première fois que des scientifiques utilisent des bactéries pour générer de l'énergie. D'autres expériences ont vu des bactéries combinées aux eaux usées pour produire de l'électricité, tandis que d'autres ont abouti à des microbes capables de créer des anneaux remplis d'énergie.

La clé de la résolution de nos crises énergétiques et de pollution pourrait-elle vraiment résider dans ces micro-organismes? Le temps nous le dira.

L'équipe WSU, en collaboration avec des collègues de la Montana State University, a publié ses recherches dans leJournal des sources d'énergie.


Voir la vidéo: Traçabilité des fruits de mer dans lUE: une question de qualité, de santé et denvironnement (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Sagar

    Ouais, les gars sont sortis :o)

  2. Nadif

    C'est ensemble. C'était et avec moi. Nous pouvons communiquer sur ce sujet.

  3. Guilbert

    À mon avis, ils ont tort. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.

  4. Zulkibei

    Je vous conseille de visiter un site sur lequel il existe de nombreux articles sur un thème intéressant.

  5. Isen

    comme on dit, Sans l'utilité de vivre - une mort prématurée.

  6. Brendis

    À mon avis, vous commettez une erreur. Discutons. Écrivez-moi en MP, nous communiquerons.



Écrire un message